Honorer nos forces : Cadre renouvelé du programme de lutte contre les toxicomanies chez les Premières nations du Canada – rapport sommaire

Rapport sommaire

Introduction Les questions de toxicomanies, ainsi que les problèmes connexes de santé mentale, font toujours partie des principales sources de préoccupations des Premières nations au Canada. Le Programme nationale de lutte contre l’abus de l’alcool et des drogues chez les Autochtones (PNLAADA) et le Programme national de lutte contre l’abus de solvants chez les jeunes (PNLASJ) représentent le principal réseau en place pour traiter les questions relatives à la consommation de substances chez les Autochtones. Ce réseau de services de lutte contre les toxicomanies dans les réserves comprend 58 centres et plus de 550 programmes communautaires de prévention. En plus du PNLAADA et du PNLASJ, les Premières nations ont également accès à une vaste gamme de services relatifs à la consommation de substances et à la santé mentale offerts par d’autres secteurs du système de soins de santé, à l’intérieur et à l’extérieur des réserves, ainsi qu’à d’autres systèmes, notamment les services sociaux, l’aide sociale à l’enfance, la justice, le logement, l’éducation et l’emploi. Avec les divers systèmes en place pour servir les peuples des Premières nations, le défi pour les communautés, les régions et tous les paliers de gouvernement est de coordonner une vaste gamme de services et d’aides pour assurer que les Premières nations ont accès à un continuum complet de soins axés sur la clientèle pour les problèmes liés à la consommation de substances. Dans le cadre de la Stratégie nationale antidrogue, l’Assemblée des Premières nations (APN), la Fondation autochtone nationale de partenariat pour la lutte contre les dépendances (FANPLD) et la Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits (DGSPNI) de Santé Canada ont supervisé un examen communautaire complet des services et des aides en toxicomanie offerts aux peuples des Premières nations du Canada. Mené par le Comité consultatif de lutte contre les toxicomanies chez les Premières nations, cet examen reposait sur le plan d’action stratégique pour les Premières nations et les Inuits élaboré en 2007 par le Comité consultatif sur la santé mentale des Premières nations et des Inuits pour offrir des conseils stratégiques nationaux sur les efforts relatifs au bien-être des Premières nations et des Inuits. De 2007 à 2011, l‘examen comprenait une vaste gamme d’activités relatives à la collecte de connaissances et à l’établissement de consensus, notamment des évaluations régionales des besoins en matière de toxicomanie, un forum national, une série de rapports de recherche, des ateliers régionaux et un forum sur le savoir autochtone. Les membres des communautés, les travailleurs des centres de traitement, les intervenants communautaires en toxicomanie, les administrateurs de services de santé, les dirigeants des Premières nations, les fournisseurs de services provinciaux, les chercheurs et les décideurs participent directement à ces activités pour élaborer et façonner une approche renouvelée pour répondre aux questions nationales, régionales et des communautés liées à la consommation de substances. Le document Honorer nos forces décrit le continuum de soins offerts dans le but d’appuyer le renforcement des capacités des communautés et les stratégies de lutte contre la toxicomanie mises en oeuvre à l’échelle communautaire, régionale et nationale. La vision décrite dans le présent cadre contribuera à orienter la prestation, la conception et la coordination des services à tous les niveaux du programme. Cette approche reconnaît qu’une grande variété de personnes, d’organismes, de ministères et d’autres partenaires ont la responsabilité de cerner les besoins des peuples des Premières nations du Canada en matière de toxicomanie. Le cadre se concentre sur la résolution des questions liées à la consommation de substances; toutefois, il tient compte des rôles importants que jouent la santé mentale et le bien-être dans tous les aspects des soins, notamment dans la prévention, le dépistage précoce, l’intervention et le suivi. Le présent document résume les principes directeurs sur lesquels repose ce cadre, les six éléments du continuum de soins visant à répondre aux besoins des gens, des familles et des communautés, et les six piliers qui sont à la base du continuum de soins. Pour consulter la version complète du document Honorer nos forces ainsi que les autres documents portant sur le renouvellement, visitez le site Web à l’adresse : www.nnadaprenewal.ca. Principes directeurs

  • Centralité de l’esprit—Une reconnaissance globale à l’échelle du système du fait que les pratiques culturelles et les traditions sont essentielles à la santé et au mieux-être des peuples des Premières nations. Ces pratiques et ces traditions sont considérées comme étant l’expression extérieure de l’esprit, et la revitalisation de ce dernier est essentielle au renforcement du système de soins.
  • Liens—Des relations solides sont à la base des services et du soutien holistiques et intégrés. Ces liens existent entre les Autochtones, la terre et leur culture ainsi qu’entre les divers secteurs et compétences responsables de la prestation des soins de santé.
  • Accent sur la résilience—Bien que les événements traumatisants contribuent considérablement à la toxicomanie et à la maladie mentale, il faut reconnaître, appuyer et encourager la force naturelle et la résilience des personnes, des familles et des collectivités. Ces forces représentent la fondation sur laquelle reposent les services en matière de santé, les aides et les politiques.
  • Soutiens holistiques—Des services et des aides qui examinent tous les facteurs pouvant contribuer au bien-être (p. ex., facteurs physiques, spirituels, mentaux, culturels, émotifs et sociaux) au cours d’une vie, et qui assurent que les besoins sont comblés grâce à un continuum de soins complets et intégrés.
  • Accent mis sur la communauté— On considère que la meilleure ressource de la communauté est la communauté elle-même en ce qui concerne l’orientation, la conception et la prestation des services. Le fait d’adopter une perspective axée sur la communauté aidera à assurer le respect de la diversité au sein des communautés et à accroître la réactivité de l’ensemble du système face aux facteurs qui rendent chaque communauté unique.
  • Respect—Le respect envers les clients, la famille et la communauté devrait se traduire par un engagement assidu à toutes les étapes de la planification et de la prestation des services. Cet engagement doit aussi respecter le libre-arbitre des personnes et permettre l’accès aux soins lorsqu’elles sont prêtes à les recevoir, tout en tentant de concilier leurs besoins et leurs forces avec les besoins des familles et des communautés.
  • Équilibre—Le fait de tenir compte des données probantes et des méthodes occidentales et autochtones dans tous les aspects des soins (p. ex., dans la prestation, l’administration, la planification et l’évaluation des services) démontre un respect et un équilibre. Il est également important de s’assurer que chacun est au courant des approches uniques sur la santé et le bienêtre, et de la vision du monde unique.
  • Responsabilité partagée—Les niveaux de responsabilité individuelle, partagée et collective doivent être reconnus, afin de promouvoir la santé et le bien-être parmi les peuples des Premières nations. Chaque personne est responsable de prendre soin de sa propre santé, puis cette responsabilité s’étend aux familles, aux communautés, aux fournisseurs de soins et aux gouvernements, qui doivent veiller à l’efficacité et à l’accessibilité des services, des aides et des systèmes, maintenant et pour les générations futures.
  • Compétence culturelle—La compétence culturelle exige des fournisseurs de services, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des réserves, d’être conscients de leurs propres perceptions et attitudes concernant les différences culturelles, ainsi que de connaître et d’accepter les réalités culturelles et environnementales de leurs clients.
  • Sécurité culturelle—La sécurité culturelle va au-delà de la sensibilisation culturelle dans les services et comprend un examen des différences culturelles, historiques et structurales ainsi que des relations de pouvoirs dans le cadre des services offerts. Elle comporte un processus d’auto-examen continu et de croissance organisationnelle à l’intention des fournisseurs de services et du système dans son ensemble dans le but de répondre adéquatement aux besoins des peuples des Premières nations.

Éléments de soins Les éléments de soins décrits dans Honorer nos forces illustrent une approche au continuum de soins. Cette approche vise à appuyer une meilleure réponse à l’échelle du système aux besoins des peuples des Premières nations, tout au long de la vie, que les problèmes de toxicomanie mettent à risque ou affectent directement. Cette approche est axée sur ce qui suit:

  • offrir des services et de l’aide adaptés aux besoins des personnes touchées par la toxicomanie à un moment précis de leur parcours de soins;
  • assurer la coordination entre les divers partenaires et secteurs pour offrir des services et des aides efficaces et axés sur la clientèle.

Les six éléments d’un continuum de soins ont pour but de répondre aux besoins des personnes, des familles et des communautés touchées par une variété de problèmes de toxicomanie. Ces éléments ont également pour but de répondre aux besoins de groupes cibles (p. ex., les femmes, les jeunes et les personnes touchées par des problèmes récurrents de maladie mentale). >> Élément 1 Développement communautaire, prévention et promotion de la santé La santé et le bien-être doivent s’inscrire dans le contexte des communautés où habitent les peuples des Premières nations et auxquelles ils sont liés pendant toute leur vie. Les communautés des Premières nations, avec l’appui de services et d’aides adaptés à leurs besoins et à leur culture, représentent le principal moyen de promouvoir des relations saines entre les personnes, les familles et les communautés. Les aspects clés d’une approche efficace de développement communautaire, de prévention et de promotion de la santé comprennent:

  • des efforts de développement communautaire conçus, dirigés et mis en oeuvre par les membres et les dirigeants des communautés, favorisant la prise en charge locale des services et mettant l’accent sur le bien-être mental au sein de la communauté;
  • des approches de prévention visant la population générale ou un groupe particulier dans une région ou une communauté (comme les jeunes, les parents, les femmes enceintes ou les personnes âgées) et ayant pour objectif de promouvoir l’adoption de comportements sains et de prévenir, de réduire ou de retarder les problèmes de toxicomanie ou de consommation;
  • des activités de promotion de la santé qui reposent sur la connaissance communautaire et culturelle. Ces efforts contribuent à soutenir les personnes qui aspirent à des modes de vie plus sains et plus sûrs, tout en créant des conditions qui favorisent ces modes de vie et restaurent des dynamiques familiales saines et accueillantes.

>> Élément 2 Dépistage précoce, interventions brèves et soins de suivi L’engagement et la prestation de soins continus auprès des personnes qui présentent des risques de problèmes de toxicomanie ou de celles ayant déjà eu recours à des services plus intensifs sont indispensables à un système de soins. La réduction et la prévention des problèmes exigent que les fournisseurs de soins, notamment les fournisseurs de services sociaux et de santé, les familles et les autres membres des communautés possèdent les compétences et les connaissances nécessaires pour intervenir, et pour reconnaître et appuyer ceux qui ont besoin de soins. Les aspects clés d’une approche efficace de dépistage précoce, d’interventions brèves et de soins de suivi comprennent :

  • des efforts de prévention ciblée à l’intention des personnes à risque accru (p. ex., un jeune qui souffre de santé mentale confirmée ou soupçonnée) ou qui manifestent des signes précurseurs de toxicomanie;
  • des efforts d’identification et de dépistage précoce dans une vaste gamme de cadres dans lesquels les personnes, à l’intérieur et à l’extérieur des communautés, sont en mesure de cerner et de soutenir ceux qui ont besoin de soins;
  • des interventions brèves et des discussions entre un toxicomane et une personne de confiance favorisant l’établissement d’objectifs et les motivant à adopter des comportements sains;
  • une évaluation progressive des risques et un soutien prétraitement afin d’évaluer les dispositions au traitement et de diminuer les facteurs de risque liés à la toxicomanie;
  • un aiguillage vers des options de soins choisies en fonction des résultats d’une évaluation des besoins holistiques et des forces de la personne, ainsi que la gestion continue de cas et la thérapie;
  • des soins de suivi permanents offerts à ceux qui ont eu accès aux services et qui ont besoin d’une aide globale tout au long de leur vie de la part de leur communauté et d’une gamme de fournisseurs de services.

>> Élément 3 Réduction des risques secondaires Les personnes qui font un usage à risque de substances, qui peuvent s’exposer aux risques ou y exposer les autres, par exemple la consommation occasionnelle excessive d’alcool ou la conduite en état d’ébriété, ont besoin d’un milieu sécuritaire et valorisant ainsi que d’un large éventail de services et d’aides. Ces outils engagent activement les gens dans un vaste éventail de contextes et les aident à obtenir des soins qui répondent à leurs besoins, à leurs priorités et à leurs motivations. Les aspects clés d’une approche efficace de réduction des risques secondaires comprennent:

  • des services de soutien communautaire offerts au moyen de voies officielles (p. ex., les campagnes visant à diminuer la conduite en état d’ébriété) et officieuses (p. ex., rencontres culturelles) visant à réduire les comportements à risque et à promouvoir l’établissement de rapports avec la famille, la communauté et la culture;
  • des efforts de sensibilisation ciblant les toxicomanes au sein et à l’extérieur de la communauté dans le but d’évaluer leurs besoins et leurs motivations et de les mettre en contact avec des ressources offrant des services de soutien social, culturel et en matière de santé;
  • une évaluation et une gestion continues des risques afin de coordonner les services et les aides nécessaires pour réduire les facteurs de risque et les comportements liés à la toxicomanie;
  • une gamme d’efforts (p. ex., gestion de cas) qui feront en sorte que les clients soient mis en contact avec des options de soins répondant à leurs besoins et reçoivent du soutien pendant toute la durée du processus de guérison.

>> Élément 4 Traitement actif Pour soutenir les gens aux prises avec un problème d’alcoolisme et de toxicomanie, ainsi que leurs proches, il faut élaborer une gamme de stratégies axées sur le client et adaptées à sa culture qui seront offertes pendant tout le processus de guérison. Ces services et ces aides misent sur les forces individuelles, familiales et communautaires, tiennent compte des besoins holistiques des clients et sont offerts dans différents contextes, soit dans les communautés, les centres de traitement et dans la nature. Les aspects clés d’une approche efficace du traitement actif comprennent:

  • une détermination et une intervention précoces grâce à un dépistage, une évaluation et un aiguillage vers les services correspondant aux besoins particuliers de la clientèle;
  • des services de gestion du sevrage et de stabilisation, au besoin, qui aident à appuyer et à stabiliser les clients qui tentent de se désaccoutumer de leur consommation de drogues ou d’alcool;
  • une gestion continue de cas permettant de réunir divers services de santé et services sociaux afin de répondre aux besoins particuliers d’un client;
  • des programmes de traitement qui répondent aux besoins des personnes et des communautés et qui soutiennent celles voulant cesser ou réduire leur consommation, améliorer leur qualité de vie globale et renouer avec les membres de leur famille, leur communauté et les services de soutien communautaire;
  • des efforts de planification du congé et des soins de suivi qui répondent aux besoins du client et de ses réseaux de soutien, afin d’accéder à une vaste gamme d’options en matière de soins en fonction de l’expérience de traitement, et qui traite les déterminants sociaux principaux des secteurs de la santé (p. ex., le logement, l’emploi, l’éducation, les conditions de vie et l’aide sociale).

>> Élément 5 Traitement spécialisé Les personnes dont les besoins en matière de services sont complexes, notamment celles souffrant de problèmes de toxicomanie et/ou de santé mentale chroniques ou graves, ont besoin de services efficaces de dépistage, d’évaluation et d’aiguillage, spécifiques et adaptés à leur culture, de même que d’un soutien et d’une surveillance continus pendant toute la durée du processus de guérison. Ceux qui ont accès à ces options de soins, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la communauté, profitent des liens solides qu’ils ont établis avec leur réseau de soutien, comme les membres de leur famille et de leur communauté. Les aspects clés d’une approche efficace de traitement spécialisé comprennent :

  • la coordination des efforts en matière de soins, comme la gestion de cas et les équipes multidisciplinaires facilitant la collaboration entre les services de traitement, la communauté et les services offerts par le gouvernement provincial et fédéral d’une manière adaptée à la culture;
  • des fournisseurs de services spécialisés qui possèdent de solides compétences culturelles, de sorte qu’ils ont des connaissances et font preuve d’ouverture quant aux réalités culturelles des clients qu’ils servent tout en étant conscients de leurs propres perceptions et attitudes concernant les différences culturelles, y compris la façon dont cela pourrait influencer le type de traitement offert;
  • des capacités et du soutien communautaires permettant de dépister, d’évaluer, d’aiguiller et de fournir efficacement des soins permanents aux clients souffrant de problèmes de toxicomanie complexes. Ces efforts font appel à un certain nombre de services communautaires et d’aides, et nécessitent une collaboration de haut niveau.

>> Élément 6 Facilitation des soins Un système de soins efficace nécessite une coordination entre les nombreux services et aides offerts à la personne et à sa famille pendant tout le processus de guérison. Ce système assure une communication constante et axée sur la collaboration ainsi qu’une planification et une surveillance des diverses options de soins répondant aux besoins holistiques particuliers d’un client. Il se fonde sur un vaste réseau de personnes, dont les fournisseurs de soins, les gestionnaires de cas, les amis ou les membres de la famille en vue d’offrir un soutien permanent permettant de faciliter l’accès aux soins. Les aspects clés d’une approche efficace de la facilitation des soins comprennent:

  • des aides sur le plan social et culturel, offrant une source d’encouragement et des soins;
  • des efforts d’évaluation et de planification qui se fondent sur les besoins, les forces, les valeurs et les objectifs de la personne;
  • des efforts de coordination qui touchent un éventail d’options de soins afin de garantir un accès opportun aux services de santé et aux services sociaux en fonction des besoins du client;
  • une collaboration et un partage de renseignements avec les clients, la famille et les autres fournisseurs de services communautaires;
  • un soutien offert aux clients et à leur famille afin de faciliter l’accès aux services;
  • un suivi permanent auprès du client lui permettant de reconnaître les objectifs qu’il a atteints et de le mettre en contact avec les soins dont il a besoin.

Soutenir le continuum de soins Le continuum de soins est soutenu par les six domaines suivants : >> Perfectionnement de la main-d’oeuvre Une main-d’oeuvre adéquatement qualifiée, bénéficiant d’un milieu de travail sain, d’un salaire et d’avantages sociaux concurrentiels et d’occasions de perfectionnement, est à la base d’un système de santé de qualité destiné aux clients. Les aspects clés d’une approche efficace du perfectionnement de la main-d’oeuvre comprennent:

  • des stratégies de recrutement et de formation qui favorisent l’identification, le maintien en poste et la formation de travailleurs ayant des compétences culturelles;
  • l’éducation, la formation et la certification pour répondre aux besoins complexes des personnes, des familles et des communautés;
  • le maintien en poste des employés grâce à une gamme de pratiques et de politiques visant à assurer la santé des travailleurs et la sécurité du milieu;
  • un salaire et des avantages sociaux concurrentiels;
  • des services de soutien en matière de bien-être personnel offerts aux employés afin de réduire l’épuisement professionnel et d’appuyer le maintien en poste.

>> Gouvernance et coordination des systèmes L’élaboration et le maintien de services et d’aides communautaires holistiques en toxicomanie reposent sur la culture, les valeurs et les traditions des Premières nations. Ces options de soins qui contribuent à la santé et au bien-être communautaires nécessitent d’abord une administration locale et souvent une collaboration entre les organes administratifs et les fournisseurs de soins. Les aspects clés qui appuient une gouvernance solide et une coordination efficace des systèmes comprennent:

  • des services de lutte contre les toxicomanies dirigés par la communauté qui correspondent à la culture, aux valeurs et aux traditions des Premières nations;
  • des rapports et une collaboration efficaces entre les divers partenaires responsables de la prestation de soins aux peuples des Premières nations dont les rôles et les responsabilités sont clairement définis;
  • l’établissement et le maintien de liens et de partenariats solides à l’échelle du système entre les organes administratifs et les fournisseurs de services de santé et de services sociaux qui facilitent la collaboration à l’échelle communautaire, régionale et nationale.

>> Répondre aux besoins en santé mentale Pour servir des clients et des communautés aux prises avec des problèmes de toxicomanie et de santé mentale, il faut établir un éventail de services de soutien communautaire et médical qui met en oeuvre des approches culturelles et conventionnelles aux soins. Cette approche repose sur les compétences des intervenants quant aux problèmes de santé mentale, la capacité de répondre à des besoins particuliers et l’établissement de liens solides entre les fournisseurs de soins de santé. Les aspects clés qui répondent efficacement aux besoins en matière de santé mentale au sein d’un système de lutte contre les toxicomanies comprennent:

  • des réseaux solides d’aiguillage et de gestion de cas;
  • des centres en mesure de traiter des troubles concomitants de santé mentale et de toxicomanie;
  • des services de soutien communautaire en matière de bienêtre mental qui comprennent une gamme d’options de soins nécessaires (p. ex., prévention, dépistage précoce, intervention et suivi);
  • des soins de suivi adaptés à la culture des clients et de leur famille;
  • l’inclusion des approches autochtones aux méthodes cliniques traditionnelles en matière de santé mentale;
  • l’accessibilité aux évaluations médicales et un soutien médicamenteux, au besoin;
  • des équipes multidisciplinaires qui répondent aux besoins de la communauté.

>> Mesure du rendement et recherche Pour offrir un système de soins efficace, il est nécessaire de mener des recherches adaptées sur le plan culturel et d’assurer le suivi continu des résultats de programme comprenant non seulement des données sur la consommation individuelle d’alcool et d’autres drogues, mais également tous les facteurs qui contribuent au bien-être des Premières nations. Cette méthode permet de communiquer les connaissances et de soutenir les programmes de lutte contre les toxicomanies afin de mieux répondre aux besoins des clients et des communautés. Les aspects clés d’une méthode solide permettant de bien mesurer le rendement et d’effectuer des recherches comprennent:

  • des renseignements sur l’état de santé qui regroupent des mesures des résultats et des mesures socioéconomiques afin d’éclairer la planification et l’élaboration de programmes;
  • un système intégré de mesure du rendement qui comprend le suivi et la communication des données sur les activités (p. ex., les taux d’utilisation et les résultats des clients);
  • une stratégie ou un plan de recherche sur le bien-être du client et de la communauté qui reconnaît les connaissances culturelles et les valeurs;
  • la détermination et la résolution des lacunes au niveau de la recherche et des renseignements dans les données probantes;
  • des activités d’échange de renseignements sur les résultats de recherche, les politiques et les pratiques dans le but de renforcer les services et l’aide offerts à l’échelle communautaire, régionale et nationale.

>> Approches pharmacologiques La formation, les services de soutien et la communication des renseignements sont essentiels à la mise en oeuvre d’une approche sécuritaire et adéquate de l’emploi approprié de médicaments pour appuyer le rétablissement de la toxicomanie dans les communautés des Premières nations. Cette approche met l’accent sur la collaboration entre plusieurs personnes, dont le client, les fournisseurs de services médicaux, les intervenants en toxicomanie et les services de soutien culturel, afin d’assurer que les clients reçoivent les soins dont ils ont besoin. Les aspects clés d’un recours adéquat à la pharmacothérapie comprennent:

  • l’évaluation médicale d’un client ayant un problème de toxicomanie effectuée par un fournisseur de soins primaires;
  • un suivi et une surveillance au moyen d’évaluations effectuées par un fournisseur de soins de santé dans le but de contrôler les symptômes et les effets secondaires;
  • des services communautaires qui contribuent à coordonner les soins offerts aux clients prenant des médicaments, y compris la médecine traditionnelle et complémentaire;
  • des approches multidisciplinaires à l’égard des soins prodigués qui aident à répondre aux besoins complexes des clients prenant des médicaments.

>> Agrément Il est nécessaire d’établir des normes nationales applicables aux centres de traitement et aux services de santé communautaires qui respectent la culture des Premières nations, afin de promouvoir des services de qualité et d’assurer la sécurité des clients et des intervenants en toxicomanie. Cette approche aide à maintenir des normes en matière de prestation de soins qui favorisent une amélioration continue de la qualité des services de lutte contre les toxicomanies. Les aspects clés qui appuient une solide méthode pour l’obtention de l’agrément comprennent:

  • une évaluation du niveau de préparation de l’organisme et l’obtention d’un consensus sur cette question, ainsi que l’évaluation des risques et avantages de l’agrément;
  • le choix d’un organisme d’accréditation qui réponde aux besoins de l’organisation et respecte les politiques de Santé Canada concernant l’agrément;
  • une auto-évaluation fondée sur les politiques, les pratiques et les données probantes pour appuyer l’accréditation de l’organisation en fonction d’un ensemble de normes;
  • la cueillette de renseignements qui appuient la note d’évaluation reçue en fonction des normes d’accréditation;
  • la conduite d’un examen par les pairs une fois que l’autoévaluation a été envoyée à l’organisme d’accréditation;
  • la réception d’un rapport et de recommandations de l’organisme d’accréditation;
  • le suivi assuré et l’amélioration continue en mettant en œuvre les recommandations de l’organisme d’accréditation et en faisant le suivi auprès de celui-ci.

Prochaines étapes Honorer nos forces décrit une vision qui s’applique à un continuum de services et d’aides complets visant à orienter les interventions communautaires, régionales et nationales en matière de toxicomanie auprès des peuples des Premières nations au Canada. Cette vision reconnaît que les diverses compétences (communautaires, provinciales, fédérales) ainsi qu’une vaste gamme de fournisseurs de soins, y compris les familles et les membres des communautés, les fournisseurs de services communautaires, le personnel des soins primaires et autres membres du personnel médical de même que les fournisseurs offrant des services à l’extérieur des réserves, sont responsables de renforcer le système de soins. Dans le cadre de cette vision, on essais surtout de s’assurer que les personnes, les familles et les communautés bénéficient des options de soins les plus efficaces et appropriées sur le plan culturel à toutes les étapes de leur processus de guérison. Pour la concrétiser, il sera nécessaire d’obtenir un engagement permanent, de collaborer et d’établir des partenariats durables. L’engagement et la collaboration dépendront, à leur tour, d’un leadership efficace dans l’ensemble du système. Le Comité directeur du renouvellement du PNLAADA a été formé en 2010 afin d’orienter la mise en oeuvre du cadre Honorer nos forces. Le Comité directeur, avec l’appui de l’APN, de la FANPLD et de Santé Canada, collaborera avec divers réseaux et partenaires dans le but de renforcer le système de soins destinés aux peuples des Premières nations. Les solutions en matière de renouvellement doivent toutefois provenir des peuples des Premières nations, qui sont à l’origine de la vision du cadre et qui doivent en orienter la mise en oeuvre pour faire en sorte que le système réponde continuellement à leurs besoins. On devra élaborer des outils et des guides qui appuieront les partenaires à toutes les étapes de la mise en oeuvre. Il sera nécessaire de communiquer de façon continue par l’intermédiaire des réseaux établis (p. ex., l’APN, le réseau des techniciens en santé des Premières nations, les réseaux régionaux de la FANPLD, les comités régionaux de partenariat sur la lutte contre les dépendances, le comité de lutte contre l’abus de solvants chez les jeunes et les bureaux régionaux de la santé des Premières nations et des Inuits). Il faudra également déterminer les occasions d’amener des changements positifs, d’optimiser l’utilisation des ressources actuelles et de tirer profit des nouvelles sources de financement. Bien que le document Honorer nos forces présente une vision détaillée du renouvellement des services relatifs à la toxicomanie chez les Autochtones, il reconnaît que le cadre doit être considéré comme un document évolutif qui peut être adapté ou révisé selon les données probantes principales, ainsi que les besoins changeants et les réalités des peuples des Premières nations. Au fil du temps, il faudra intégrer des programmes pour le tabagisme, la dépendance au jeu et autres comportements ayant une propension à la dépendance. Il faudra aussi déployer des efforts pour créer un continuum de services et d’aides parfaitement intégré pour le bien-être mental. Les occasions de renforcer le système de soins ne manquent pas. Dans les communautés des Premières nations, il existe bon nombre d’enseignements culturels qui racontent que le Créateur a donné à tous un avenir afin de pouvoir changer les choses, mais cette promesse s’accompagne de responsabilités. Tous les acteurs du cadre doivent gérer cet « avenir » afin que nous puissions collectivement concrétiser notre vision du changement.

This post is also available in: Anglais